Eleccions europees del 2014: el Front nacional esdevé el primer partit a França: diferència entre les revisions

cap resum d'edició
[canvi no comprovat][canvi no comprovat]
(Notícia en desenvolupament)
Cap resum de modificació
{{Infotaula França}}
{{datacrèdit|data=26 de maig del 2014|lloc={{w|França}}}}
Ahir, van tenir lloc a França les eleccions europees a fi d'elegir els eurodiputats a l'eurocambra de la Unió europea. El Front nacional va provocar un sisme polític esdevenint el primer partit d'aquest tipus d'elecció. El Partit socialista va caure al seu nivell més baix de la seva història. Fins i tot, la UMP es troba deixat enrere enfront del FN. Aquesta notícia està provocant molts comentaris tant a França com a l'estranger. Alguns homes polítics han fet declaracions sense ambigüitat.
Hier, se sont déroulées en França les élections européennes afin d'envoyer des députés au Parlement de l'Union européennes. Le Front national a provoqué un séisme en devenant la première formation politique pour ce type d'élection. Le Parti socialiste descend a son plus bas niveau historique et même l'UMP est largement distancée par la formation frontiste. Ceci a provoqué beaucoup de commentaires tant en França qu'à l'étranger. Certains hommes politiques ne sont pas allé par le dos de la cuiller. Ainsi, Jean-Christophe Cambadélis a déclaré : {{Citation1|D'abord il faut constater ce qu'il s'est passé, nous avons pris collectivement – je dis tous les partis, – une branlée.}} attribuant la défaite au niveau européen et aussi dans le prolongement des élections municipales en de març del dernier.
 
 
Hier, se sont déroulées en França les élections européennes afin d'envoyer des députés au Parlement de l'Union européenneseuropéenne. Le Front national a provoqué un séisme en devenant la première formation politique pour ce type d'élection. Le Parti socialiste descend a son plus bas niveau historique et même l'UMP est largement distancée par la formation frontiste. Ceci a provoqué beaucoup de commentaires tant en França qu'à l'étranger. Certains hommes politiques ne sont pas allé par le dos de la cuiller. Ainsi, Jean-Christophe Cambadélis a déclaré : {{Citation1|D'abord il faut constater ce qu'il s'est passé, nous avons pris collectivement – je dis tous les partis, – une branlée.}} attribuant la défaite au niveau européen et aussi dans le prolongement des élections municipales en de març del dernier.
 
<center>